Biographie

Max DIAKOK : Chorégraphe et interprète. En 1978, alors que Max a une pratique de judo à un haut niveau, il découvre la danse dans l’univers des soirées léwòz (2) pratiquées dans les zones rurales de la Guadeloupe) : Sainte-Rose, Baie Mahault, le Lamentin. Il y découvre une forme de danse traditionnelle très codée. Des maîtres-ka le guideront durant ces années d’initiation par immersion et dès 1980, il commence à s’exprimer dans les « rondes » (4). A partir de 1987, il continue sa quête avec des groupes de Gwoka (3) moderne pour lesquels il danse en solo.

Au cours de l’année 1989, il continue son apprentissage par l’étude de nouvelles formes de danse: Modern-jazz et danse moderne-ka avec Léna Blou, la danse classique avec Simone Texauraud. En 1990 il quitte la Guadeloupe pour la Ciotat et Toulon et y séjournera pendant une année pour suivre une formation en danse classique tout en travaillant parallèlement la danse contemporaine. Arrivé à Paris en 1991, il intègre L’école de Jazz Rick Odums pendant deux années. Il séjourne en Guinée pour y suivre les enseignements de la troupe « Merveilles de Guinée » (danse traditionnelle) et du maître Mamady Kourouma. Gardant en ligne de mire sa quête d’une nouvelle gestuelle à la fois enracinée et universelle, il se consacre prioritairement à la danse contemporaine, à la danse africaine et à des techniques corporelles telles que le yoga, le bûto et la danse-contact, tout en continuant à puiser dans son vocabulaire de gestuelle Gwoka.

Max DIAKOK a notamment travaillé avec les chorégraphes et Cie: Paolo CAMPOS, Germaine ACOGNY, Jean François DUROURE, CARPE DIEM, AXIS PROJECT (Franco-Anglais). Pierre N’DOUMBÉ Christian BOURIGAULT, Norma CLAIRE. Au Théâtre avec les metteurs en scène Luc SAINT-ELOY du Théâtre de l’Air Nouveau Jean Michel MARTIAL et la Cie l’Autre Souffle. Il a également participé à diverses émissions de variété à la télévision française (Michel Drucker, Jacques Martin, Jean-Pierre Foucault…). Il a participé à la Tournée Africaine d’AdmiralT en 2008.

Max Diakok nommé en 2015 chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par Fleur Pellerin ministre de la culture

• • •

SWARE LEWOZ (2): soirées au cours desquelles on improvise dans la ronde, chants et danses au son des 7 rythmes joués par les tanbouyés (tambourinaires) sur des tambours-ka.

GWOKA (3) est un terme utilisé en Guadeloupe afin de désigner à la fois un ensemble de danses et une musique à base de percussions et de chants, hérité de l’esclavage.

RONDE (4) : le terme évoque la disposition circulaire des participants à ces soirées.

Démarche chorégraphique

Retour à /Max DIAKOK/

Comments are closed.